Nouvelliste du 29.06.10 -Le jardin secret de Massimo Lorenzi

Articles interceptés dans les médias
Répondre
arollablabla
Agitateur
Agitateur
Messages : 3115
Enregistré le : 04 juin 2007, 16:37
Facebook : arollablabla
Localisation : Rond-Point Arolla
Contact :

  Nouvelliste du 29.06.10 -Le jardin secret de Massimo Lorenzi

Message non lu par arollablabla »

Image

Le jardin secret de... Massimo Lorenzi

Son endroit secret en Valais, c'est Arolla. "En fait, ce n'est pas vraiment un secret, mais c'est un lieu que j'adore. C'est ma femme qui me l'a fait découvrir, il y a dix-sept ans. Elle y allait avec ses parents quand elle était petite. J'y avais déjà été une fois quand j'étais à l'armée, mais ce n'était pas pareil", raconte Massimo Lorenzi, le patron de la rubrique sportive de la TSR. Entre deux matchs du Mondial, il a accepté de nous révéler ses coups de coeur en Valais.

Son écrin à lui, c'est donc Arolla, un village tout simple du canton. Logique. L'homme n'est pas du genre "Bling Bling" - il nous l'avait déjà affirmé à l'aube de prendre ses fonctions de chef des sports sur la TSR l'an dernier.

Dans ce village du val d'Hérens, l'homme se sent bien. "Là-haut, il n'y a pas de boutique avec des marques, pas de manteau de vison, pas de défilé de "m'as-tu-vu", pas de frime, ni de Porsche Cayenne. Là-haut, c'est profondément nature. Il y a un petit côté bout du monde", ajoute Massimo Lorenzi avec verve. Arolla, c'est la vraie montagne comme l'aime le journaliste.

Un bijou d'hôtel dans la forêt

Lors de ses séjours dans le village valaisan, le journaliste et sa famille logent parfois dans un appartement ou louent des chambres à l'Hôtel Kurhaus. "C'est mon QG et endroit. C'est un très bel hôtel dans les bois. Comme un vaisseau au milieu de la forêt. C'est un lieu fantastique", s'enthousiasme-t-il

Pour les balades, Massimo Lorenzi avoue adorer se rendre à Pras Gra. "C'est un petit endroit à une demi-heure à pied d'Arolla. A l'époque, on y faisait du fromage. C'est autant beau en été qu'en hiver. J'aime ce lieu pour la sensation de calme que j'y éprouve."

La montagne a un effet apaisant sur Massimo Lorenzi. "Elle vous impose le silence. Dit vulgairement, vous ne pouvez que fermer votre gueule devant la beauté du paysage. Vous vous sentez tout petit par la puissance qui s'y dégage."

Là-haut, le journaliste prend encore plus consciene de "ne pas être le centre du monde", même s'il est plutôt modeste au quotidien. Il s'en voudrait trop de bomber le torse quand un quidam le reconnaît dans la rue, "juste parce qu'il travaille à la télé". Massimo Lorenzi sait que "l'antenne, c'est un shoot narcissique". Alors, quand il sent qu'il risque de perdre pied, il revient à la terre. En Valais. A Arolla. Et il respire l'aire de la montagne à pleins poumons.

Christine Savioz


Répondre