• LES CINQ DERNIERS MESSAGES  Back Forward Stop Play

Bergwelten hautnah #14 - Portrait "Épicerie du Rond-Point"

Articles interceptés dans les médias
Répondre
arollablabla
Agitateur
Agitateur
Messages : 3333
Inscription : 04 juin 2007, 16:37
Facebook : arollablabla
Localisation : Rond-Point Arolla
Contact :

Bergwelten hautnah #14 - Portrait "Épicerie du Rond-Point"

Message non lu par arollablabla » 04 avr. 2020, 12:02

Bergwelten hautnah #14
magazine édité par Schweizer Patenschaft für Berggemeinden (150'000 exemplaires)
https://patenschaftberggemeinden.ch/bro ... band-14-2/
page 4 à 15 - le Val d'Hérens
Page 12, Portrait de Nicole et Christophe Clivaz, Épicerie du Rond-Point Arolla

"Die ganze Welt kauft bei uns im Laden ein"

Der Laden ist nicht nur ein "Bazar", wie es auf seinem Schild steht, er ist auch überdachter Dorfplatz für die 40 Bewohner von Arolla, ein Treffpunkt für Weltenbummler, die zeite Stube fur die Kinder des Hauses und Versogungsstation für alle. Die "Épicerie du Rond-Point" ist seit 50 Jahren an der Busendhaltestelle in einem prächtigen blumengeschmückten Chalet untergebracht. Die Geschichte des Ladens reicht in die 1920er-Jahre zurück, zu einem Schuhmacher, dessen Werkstatt hier stand, und zu einer Hotelköchin. Um die Jahrtausendwende haben Nicole une Christophe Clivaz die "Épicerie" von Nicoles Eltern übernommen. "Früher war ich viel auf Reisen. Jetzt bin ich kaum noch in den Ferien, dafür kommt die Welt zu mir nach Hause", erzählt Christophe Clivaz. "Wir haben schon Kunden aus Israel, Iran, Südkorea, China, Russland une Australien bedient." Sie bieten Souvenirs und Alpkäse an, Wein aus der Gegend, Zeitschriften, Wanderbücher und Taschenmesser, Sandwiches und Telefonkarten sowie andere Dinge für den täglischen Bedarf. Im Lauf der Zeit passten sie das Sortiment den Wünschen der Kundeschaft an. "Früher waren mehr Strickwaren gefragt, heute suchen Feriengäste mehr frisches Gemüse", erzählt Nicole.

Es braucht nicht viel zum Glücklichsein

Im Laden treffen das Lokale und das Globale zusammen. "Inzwischen versteht Christophe, der aus Sion stammt, auch unseren Dialekt, das Patois", scherzt Nicole, die in Arolla aufgewachsen ist. "Unsere Arbeit gefällt uns sehr!", schwärmt Christophe. "Wir sind unsere eigenen Chefs, arbeiten an disem wunderschönen Ort und geniessen den Kontakt mit unseren Kunden." Nicole ergänzt: "Wir verdienen nicht viel und führen ein enfaches Leben. Unsere Kinder erfahren, dass es nur wenig braucht, um glücklich zu sein."




"Le monde entier achète dans notre magasin"

Le magasin n'est pas seulement un "bazar", comme l'indique son enseigne, mais est aussi une place du village couverte pour les 40 habitants d'Arolla, un point de rencontre pour les globe-trotters, un deuxième salon pour les enfants de la maison et un sanctuaire pour tous. L'épicerie du Rond-Point est installée depuis 50 ans au terminus de la ligne de bus Sion-Arolla dans un magnifique chalet fleuri. L'histoire du magasin remonte aux années 1920. Un cordonnier avait son atelier ici et une cuisinière d'hôtel officiait de l'autre côté de la route (histoire du magasin disponible sur le site www.shop.arolla.org). Au tournant du millénaire, Nicole et Christophe Clivaz ont repris l'affaire des parents de Nicole. "Je voyageais beaucoup. Maintenant c'est le monde qui vient chez moi", raconte Christophe Clivaz. "Nous avons déjà servi des clients d'Israël, d'Iran, de Corée du Sud, de Chine, de Russie et d'Australie." Ils proposent des souvenirs et des fromages d'alpage, du vin de la région, des magazines, des livres de randonnée et des couteaux de poche, des sandwichs et des cartes téléphoniques et d'autres choses qui répondent aux besoins quotidiens. Au fil du temps, ils ont adapté la gamme aux désiratas de la clientèle. "Dans le passé, il y avait plus de tricots en demande, aujourd'hui les vacanciers recherchent plus de légumes frais", explique Nicole.

Il ne faut pas grand-chose pour être heureux

Le local et le global se rejoignent dans la boutique. "Avec le temps, Christophe, qui vient de la plaine, s'est familiarisé avec notre patois et le comprend", plaisante Nicole, qui a grandi à Arolla. "Nous aimons vraiment notre travail!", S'enthousiasme Christophe. "Nous sommes nos propres patrons, nous travaillons dans ce bel endroit et apprécions le contact avec nos clients." Nicole ajoute: "Nous ne gagnons pas beaucoup et vivons une vie simple. Nos enfants apprennent qu'il suffit de peu pour être heureux."





Répondre